• Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon

Du concret dans la lutte contre le Rat musqué dans le Marais Audomarois

Saint-Omer, le 26 Avril 2019

Le Marais Audomarois est un joyau à préserver. Dernier marais cultivé de France, sur ses 700km de voies d’eau il regroupe 1/3 de la flore aquatique Française, 230 espèces d’oiseaux, 26 espèces de poissons et fait vivre 40 familles qui y cultivent les légumes. Ce réservoir de biodiversité est menacé par un nuisible : le rat musqué. Introduit pour l’élevage et sa fourrure il représente désormais une menace économique pour les maraichers, écologique pour la faune et la flore qu’il déstabilise et de santé publique pour les maladies qu’il transmet.

Alerté par les maraichers, j’ai été reçu par le ministère de la Transition Ecologique et Solidaire afin de solliciter le Ministre pour trouver une solution. Le Ministre a demandé aux services de l’Etat du Pas-de-Calais d’étudier et de proposer un plan de lutte contre le nuisible. Après plusieurs réunions techniques une synthèse de la situation et une proposition de solutions pour lutter contre le rat musqué à été rendue aux élus locaux. Pour résumer, elle préconise de repenser l’organisation du piégeage, d’adapter la loi et les règlements aux spécificités du marais audomarois, de se coordonner et d’avoir une vision globale sur les actions à mener. Je remercie pour leur efficacité l’ensemble des personnes et des services qui se sont mobilisés pour cette problématique du rat musqué, à commencer par Fabien Sudry - Préfet du Pas-de-Calais et Jean-Luc Blondel - Sous-Préfet de l’arrondissement de Saint-Omer, Francois Decoster – Président de la CAPSO, ainsi que l’ensemble de leurs services respectifs. Des actions concrètes doivent maintenant être planifiées sur la base de ces conclusions.