• Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon

Réforme du statut des élus

Paris, le 1er juillet 2019

Le gouvernement présentera au mois de juillet un projet de loi relatif au statut des élus. Il sera examiné au Parlement à l’automne.

 

Je crois sincèrement à la légitimité des élus, et notamment des maires. Ils sont les premiers animateurs de la démocratie du quotidien. Ils sont à la fois à portée d’engueulade et à portée de remerciements. Proches du terrain, les 35 000 maires de France et leurs conseils municipaux sont autant de capteurs des aspirations et souhaits des Français. 

Ces dernières décennies, les maires ont vu une part de leurs leviers d’action se rétrécir par l’effet de réformes successives. C’est dommageable pour notre démocratie. Ancien maire, le Premier ministre a rappelé dans son discours de politique générale que « sans les élus locaux, la démocratie deviendrait une coquille vide ». 

J’ai pu vérifier cette affirmation lors du Grand Débat National, pendant lequel les maires ont joué un rôle essentiel d’animation et de remontée des préoccupations des Français. 

Je me réjouis donc que le gouvernement se saisisse de ce sujet, et ne se contente pas de paroles.

Le projet de loi qui sera présenté prochainement aura pour objectif de revaloriser le rôle des maires et de renforcer leurs moyens d’action. Il s’articulera autour de trois piliers : leur donner un cadre d’exercice plus clair, avec une véritable formation et une protection juridique, leur accorder plus de liberté et de marge de manœuvre pour mener à bien leurs projets et rééquilibrer les rapports entre communes et intercommunalités.

 

On ne fait pas une réforme sans les personnes qui seront impactées par elle. C’est pourquoi j’ai l’intention de consacrer les semaines qui viennent à travailler avec l’ensemble des élus de ma circonscription qui le souhaitent, afin de faire des propositions véritablement proches des réalités du terrain.